Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 novembre 2012

Lettre d'information - Octobre 2012

                                                                                                                                                    

 

 

                                                                                                                                  Octobre 2012

 

 

 

 

LETTRE D’INFORMATION

 

 

 

 

Mesdames, Messieurs, Chers Membres,

 

Les recours contre le projet de constructions de Paris Habitat et de la COGEDIM sur la plate-forme SNCF d’Auteuil sont enfin passés à l’audience du Tribunal Administratif le 21 juin dernier. Le tribunal a examiné, conjointement avec ceux des deux autres associations, tous nos recours : permis de démolir, autorisation de travaux et les permis de construire avec leurs modificatifs.

 

Le jugement, rendu le 16 juillet, a conclu en l’annulation partielle des permis de construire initiaux et en l’annulation totale des modificatifs.

 

Ces annulations ne sont, qu’un demi succès. En effet, le tribunal, qui nous a accordé une indemnité de 2.000 € en reconnaissance du bien fondé de nos recours, a basé sa décision sur des points mineurs d’infraction aux dispositions du PLU sans retenir les points qui nous sont fondamentaux, tels que la densification et l’harmonie architecturale.

 

Nous avons donc aussitôt fait appel de cette décision. Les deux autres associations ont également saisi la Cour Administrative d’Appel. Dans ce contexte on n’imaginerait pas les travaux commencer rapidement.

 

Nos arguments dont le nivellement du terrain, la co-visibilité ainsi que l’implantation et l’insertion dans le site des bâtiments avec l’alignement des clôtures, pour lesquels le tribunal a hésité à prendre partie, sont très importants. Notre avocat attend les permis modificatifs pour établir un mémoire complémentaire et développer tous ces arguments.

 

Notre combat principal est toujours l’aménagement de la place de la Porte d’Auteuil dans une vision urbanistique globale du quartier.

 

Or, cette place est attaquée aux quatre coins : Plate-forme SNCF, Hippodrome d’Auteuil, Stade Georges Hébert, en rappelant que nous avons il y a quelques années empêché l’implantation d’un Mac Donald à l’emplacement actuel du Murat.

 

En ce qui concerne l’hippodrome, la Ville de Paris a profité du fait que les recours ne sont pas suspensifs, pour faire les aménagements avec des constructions pourtant interdites sur cet espace boisé, classé ! Cela fait plus de deux ans que nous attendons l’audience du Tribunal Administratif qui ne peut statuer tant que la partie adverse n’a pas fourni ses mémoires en réplique.

 

Mais ce qui nous préoccupe surtout c’est l’extension de Roland Garros avec, en particulier, l’implantation sur le stade Georges Hébert du Centre National d’entrainement - CNE -  de la Fédération Française de Tennis.

 

Ainsi ce stade, classé Espace Vert Protégé - EVP -, serait pourtant bétonné sur 80 % de sa surface pour implanter un immeuble de plus de vingt mètres de haut destiné à l’entrainement de « futurs » champions. Hébergement, restauration, salles de sport et courts en dur, couverts ou sur la terrasse, ce bâtiment détruirait encore plus l’harmonie de notre belle place. C’est inadmissible.

 

 

Comme il a été décidé lors de notre dernière Assemblée Générale, nous utiliserons tous les moyens légaux pour s’opposer à une telle extension qui détruit encore un nouvel espace vert, poumon de notre quartier.

 

Ce projet d’extension, qui prévoit également l’implantation d’un stade de 5.000 places dans le jardin botanique de serres d’Auteuil, a suscité de très nombreuses réactions négatives. Outre une pétition contre la destruction des Serres d’Auteuil, qui a collecté près de 50.000 signatures, de nombreuses associations locales et nationales se sont mobilisées avec nous contre ce projet. De même les associations de parents d’élèves, qui sont préoccupées par la disparition d’espaces verts sportifs pour les scolaires, se sont jointes à nos actions.

 

Notre association, membre fondateur de la Coordination pour la Sauvegarde du Bois de Boulogne, et dont notre Président est également le Président, porte et portera tous les recours nécessaires avec, selon les cas, notre présence en tant que partie ou seulement en tant qu’intervenant dans la procédure.

 

Déjà cinq recours ont été initiés. Le premier concerne la Convention d’Occupation d’Espace Public - CODP – qui accorde à la FFT l’autorisation de s’implanter (pour 99 ans !) dans une partie des Serres d’Auteuil et sur le stade Georges Hébert. Le cinquième recours, tout récent, vise l’avenant à cette convention, la Commission des Sites ayant demandé que l’emprise sur le jardin botanique soit réduite, mais la Ville persiste à vouloir octroyer à titre permanent à la FFT les bâtiments en meulière qui sont classés et pourtant nécessaires à l’entretien du jardin.

 

Deux autre recours, préliminaires mais indispensables pour permettre cette extension, ont été introduits par la Coordination avec notre avocat, Maître Musso. Il s’agit, d’une part, de la modification générale du PLU pour les espaces verts et boisés classés - articles 6 et 7 des zones UV et N - dont nous avions obtenu l’annulation devant le Conseil d’Etat et, d’autre part, de la révision simplifiée de ce PLU pour le périmètre d’extension de Roland Garros. Pour ces recours nous avons le soutien actif de la Plateforme d’associations parisiennes d’habitants, de SOS Paris et d’une importante association nationale la SPPEF – Société pour la Protection du Patrimoine et de l’Esthétique de la France.

 

Il est important de noter que le « périmètre d’extension de Roland Garros » objet de la révision simplifiée du PLU, couvre l’énorme triangle qui part du rond point des anciens combattants (pointe ouest le l’actuel Roland Garros) au boulevard Murat, englobant la totalité du jardin botanique des Serres d’Auteuil et du jardin des Poètes ainsi que, sans oublier le magasin Carrefour et le jardin du Tchad, le stade Georges Hébert à l’exception de sa partie nord occupée par le central téléphonique. Ce périmètre laisse-t-il entrevoir ce que la FFT, en accord avec la Municipalité de Paris, envisage progressivement d’envahir ?

 

Enfin, le dernier recours actuel, concerne la convention d’aménagement concédé à la FFT pour implanter son CNE sur le stade Georges Hébert. C’est le CAP - Collectif Auteuil les Princes – association très active, où nous siégeons en tant que vice-président, qui est le leader pour cette action en coopération avec la nouvelle association spécifique : Horizon Verdure Georges Hébert.

 

Ne croyez pas que nous nous opposons systématiquement à toutes les modifications envisagées dans notre quartier. Nous voulons simplement un projet d’aménagement global et raisonnable et, pour prouver notre bonne volonté, nous avons, tous ensemble, proposé un projet alternatif pour permettre l’extension de Roland Garros en restant à Paris. Il s’agit de la couverture partielle de la bretelle de l’autoroute A 13.

 

 

 

 

Ce contre projet, au demeurant moins onéreux, permettrait d’éviter la dénaturation, à des fins de sport business,  du merveilleux jardin botanique des Serres d’Auteuil et la disparitions de ses collections végétales dont certaines sont uniques au monde. Il a été conçu avec la participation très active d’une très importantes association de défense du patrimoine : les Vielles Maisons Françaises - VMF. Son président nous soutient complétement et s’investira dans nos actions dès que les projets de démolition et de construction seront accordés dans les Serres d’Auteuil.

 

 

Ensemble depuis longtemps, nous sommes surs que vous partagez nos points de vue et que vous manquerez pas de vous mobiliser avec nous pour obtenir des solutions raisonnables. C’est urgent car les permis de démolir et de construire sur le stade Georges Hébert sont en cours de préparation.

 

Tous ces recours, auxquels nous sommes contraints, face à une Municipalité qui refuse toute concertation, sont très onéreux et, malgré la coopération avec de nombreuses autres associations, nous sommes amenés à vous solliciter financièrement.

 

Actuellement un certain nombre d’entre vous ne se sont toujours pas acquittés de leur cotisation pour l’année 2012. Merci de penser à combler cet oubli et, pour tous, nos comptons sur une générosité complémentaire qui ne nous a jamais fait défaut.

 

 

Nos batailles seront longues et difficiles. Nous savons que nous pouvons compter sur votre soutien mais aidez-nous aussi à nous faire connaître pour rassembler le maximum de riverains.

 

 

 

                                                                                                 LE BUREAU

…………………………………………………………………………………………………...

 

RAPPEL DE COTISATION 2012

 

 

NOM - Prénom : ...........................................................................................................................................

Adresse : ..........................................................................      Téléphone (facultatif) : .........................

e-mail : ……………………………..@...............................

 

 Membre actif :                               Cotisation minimum annuelle :       - Personne seule :            20 Euros

                                                                                                       - Famille :                     30 Euros

 Membre bienfaiteur :                       Participation complémentaire  :                                              Euros

                                                                                                       Total :                              Euros

Chèque à l'ordre de : ASSOCIATION DE SAUVEGARDE AUTEUIL - BOIS DE BOULOGNE

 

 

Nota : Vous pouvez, si vous le souhaitez, libeller vos dons à l’ordre de la Coordination pour la Sauvegarde du Bois de Boulogne (même adresse) qui est autorisée à émettre des reçus fiscaux. Ainsi, par exemple, 100 € ne vous coûtera que 34 €.

Écrire un commentaire